Les Ceméa sont engagés depuis le milieu des années 40 dans le champ de la psychiatrie. À la sortie de la guerre, la situation des hôpitaux psychiatriques et désastreuse. Des milliers de morts sont à déplorer. Médecins et infirmier.e.s veulent agir autrement et repenser l’hôpital. Les tenants de la psychothérapie institutionnelle ( notamment Tosquelles, Bonnafé, Oury), défendent qu’il faut avant tout “soigner l’hôpital”, pour soigner les patient.e.s.

Les Ceméa sont appelés pour participer à la formation des infirmières, en s’appuyant sur l’activité, les questions relatives à l’accueil, la vie quotidienne, etc.

Depuis lors, contre vents et marée et souvent dans un contexte difficile pour les patient.e.s et les soignant.e.s, nous soutenons une psychiatrie humaine, au côté de compagnons de route des Ceméa comme Pierre Delion ou de collectifs tels que le “collectif des 39” ou le “printemps de la psychiatrie”.

Lors de la 1ère émission du secteur social en mars 19, nous avons reçu Yve Gigou qui nous a parlé des Ceméa et de la santé mentale. À réécouter dans modération!

un extrait de l’émission avec Yves Gigou